A New War Begins

Une nouvelle guerre opposant les Vampires et les Lycans va commencer...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Drake Norton

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Drake Norton

avatar

Nombre de messages : 54
Age : 27
Date d'inscription : 07/03/2008

Relations
Relations:

MessageSujet: Drake Norton   Ven 7 Mar - 23:30

I. Identité:


Nom: Norton
Prénoms: Drake Andy
Age: 58 ans mais je possède toujours les traits qui étaient les miens à 30 ans
Race: Vampire
Métier: Chasseur,tueur et buveur de sang
Couverture chez les humains: Homme de main de Aaricia Sanders, je suis aussi tueur à gages pour le compte de cette dernière et des plus offrants.

II. Qui êtes vous réellement?


Caractère:

Changeant, surtout dans ma jeunesse. J’avais compris l’utilité de dominer les autres et d’avoir toujours une longueur d’avance en modelant ma personnalité selon les besoins. Cette faculté m’a beaucoup aidé en tant que vampire et a fait de moi un être avisé, calculateur et manipulateur.

Charismatique aussi, ce qui m’a encore aidé à jouer avec mes pions afin d’atteindre la reine du camps adverse. Mais cette histoire est pour plus tard, retenez juste que c’est mon charisme qui m’a mené jusqu’aux vampires.

Professionnel, je l’ai toujours été. Que ce soit en tant que dealer, trafiquant d’armes, chasseur ou même homme de main. Je crois d’ailleurs que cela ennui certaines personnes que je soit aussi radical quant à ma position de ne pas vouloir mélanger mon travail et ma vie privée. Mais, j’estime que dans la vie, il faut savoir ce que l’on veut et moi j’aime à ce que tout, autour de moi, soit toujours clair. Voilà pourquoi j’aime à distinguer mes connaissances humaines, vampires, professionnelles et personnelles. Si jamais je venais à mélanger tout, je m’en sentirais complètement perdu et je ne serais plus assez performant dans mon travail.

Protecteur, envers ceux que j’affectionne. Mon frère vient naturellement en premier. Je fais très attention à ce qu’il fait et cela m’horripile que l’on puisse dire du mal de lui. Je l’ai mené auprès d’Aaricia afin de le protéger et de pouvoir toujours garder un œil sur lui. Il est encore tellement emporté et juvénile dans son comportement, parfois! Je sais que lui et Saelia ne s’entendent pas au mieux, mais il se trouve que Saelia est aussi, quelque part, l’une de mes protégés. Quand j’y pense, c’est aussi moi qui l’ai mené auprès de Aaricia, indirectement. Finalement je crois que ma volonté de protéger les gens auxquels je tiens me pousse à les mener auprès de la personne en laquelle j’ai le plus confiance.

Digne de confiance, car c’est certainement la chose que je respecte le plus. Offrir sa confiance, c’est offrir son bien le plus précieux, c’est croire sans avoir besoin de preuve. Si l’on m’accorde sa confiance, je ne pourrais la trahir que si la confiance d’une autre personne à laquelle je tiens encore plus est miss en jeu. Mais je ne suis pas prompt à la trahison et je l’avoue, je ne suis pas rancunier non plus. Si j’ai décidé d’offrir ma confiance à quelqu’un qui m’a ensuite trahi, je ne pourrais en vouloir qu’à moi même de n’avoir pas assez fait attention avant de placer ma confiance en cette personne.

Tenté, par tout ce qui peut m’apporter plus de pouvoir et de richesse. Je crois d’ailleurs que c’est le point faible par lequel on peut m’avoir. Ayant grimpé les échelons et étant ce que je suis aujourd’hui grâce à cette soif de posséder toujours plus, je ne fais pas assez attention et je ne me doute pas que cela pourrait me mener à ma perte.

Gentleman, je suis de l’ancienne époque où l’on ne prenait pas les femmes pour des objets mais pour des êtres dont il fallait autant prendre soin que s’en méfier. Voilà pourquoi il ne me viendrait pas à l’idée de me croire supérieur à elles, au contraire, je les trouve tout à fait surprenantes et je ne cesse d’apprendre au contact de certaines. Je crois que cette façon de voir les choses y a été pour beaucoup dans ma fascination et mon respect pour Aaricia.

Carnassier, à mes heures. Lorsque je suis en chasse, je ne répond plus de mes méthodes et je fais souvent preuve d’un sadisme à toutes épreuves. Cela ne nuit cependant pas à mon professionnalisme et je sais me contenir quand il le faut. Seulement, ne me dites pas de ne pas faire de quartier sans savoir à quoi vous implique vos paroles.


Histoire:
Avant transformation:

Avoir été entouré par tant d’amour et n’avoir jamais manqué de rien, voilà ce qui a poussé un enfant modèle à s’enfoncer sur le chemin de la violence et de la haine.

Voilà presque six décennies que je suis né. Mon père était un rire propriétaire terrien qui vivait essentiellement de ses rentes et qui était le fils d’un anglais qui avait fait fortune sur la terre du rêve américain. Faisant partis des WASP, il n’avait eu aucun mal à se faire une place dans cette société encore jeune et à faire fructifier ses possessions et intérêts.

Ce fut sur place qu’il rencontra la jeune femme qui allait devenir ma mère. Elle était née sur le sol américain et sa famille avait fait fortune en arrivant. Mes parents n’eurent donc aucun problème à faire accepter leur mariage à leurs proches qui furent même ravis de la nouvelle.

Mes parents, bien que la volonté ne leur manquait pas, eurent beaucoup de mal à avoir un enfant. Mais il ne désespérèrent jamais et, quelques années après leur mariage, ont leur appris enfin que leur vœu avait été exaucé. Ils n’imaginaient pas avoir autre chose qu’un fils, il furent donc heureux de constater que ce fut bien un mâle qui vint au monde. Ils nommèrent l’enfant Drake Andy. Cependant, l’enfant eut un jumeau. Un second mâle que mes parents n’avaient pas désiré. Dès lors, ils agirent comme si ce second enfant était quantité négligeable pour la seule et unique raison qu’il apparaissait comme un fardeau inutile pour eux. Ils auraient très bien pu l’abandonner, mais la chance de ce nouveau né indésirable fut que mes parents étaient très superstitieux et qu’ils n’ignoraient pas les liens qui pouvaient unir des jumeaux. S’ils décidèrent donc de le garder, ce ne fut pas pour faire contre infortune bon cœur, mais bel et bien par amour pour leur premier enfant.
Ce premier enfant c’était moi et je fis toujours en sorte de protéger mon jumeau et de le garder jalousement sous mon aile.

Enfant, j’étais souvent étouffé par l’amour de mes parents et j’avoue que je n’ai su garder mon intégrité mentale que grâce à mon jumeau, auquel je transmettais le trop plein d’amour de mes parents. Je ne faisais pas cela par calcul, je n’avais pas cette vision des choses à cet âge là. Je pensais juste ré-équilibrer un peu les chances. Faute de pouvoir forcer mes parents à aimer mon frère, je faisais en sorte qu’ils l’aiment par procuration, à travers moi.
J’avais déjà le don d’attirer les gens, mais il ne s’agissait que de copains, rien de plus. Toute mon affection et mon attention allait à ma famille, en parfait fils modèle que j’étais.

Adolescent, je devins un véritable aimant émotionnel. Je ne comprenais pas vraiment pourquoi mais il semblait bien que ce que j’étais ou plutôt ce que je semblais être attirait les autres. En conséquence, mon orgueil et mon arrogance grandirent mais je parvins à faire en sorte qu’ils ne soient pas trop imposants. J’avais compris assez vite, et presque à ma surprise, ce qu’aimait les autres en moi et je m’attachai donc à développer ces caractéristiques. Ce n’était souvent qu’en apparence et j’adaptais aussi mon caractère en fonction des personnes à qui j’avais affaire ou à qui je devais plaire. C’est ainsi que je découvris le pouvoir qu’avait la duperie, grâce à la faculté que j’avais de modifier ma personnalité selon les situations. A cette époque, vous auriez put interroger une vingtaine de personnes sans qu’aucune ne donne la même définition de ma personnalité qu’une autre. Le fait est que j’offrais à chacun ce qu’il désirait, je revêtais des traits qu’ils idéalisaient.

A 17 ans, je découvris la puissance destructrice de la drogue. Comme j’étais obnubilé par tout ce qui brillait à l’époque, j’avais immédiatement sauté sur l’occasion pour avoir un pouvoir en plus. Ma force était sans doute de ne pas ressentir la moindre affinité avec la drogue. J’avoue que j’ai rencontré beaucoup de dealers accros et je ne pouvais que me féliciter de ne pas l'être comme eux. Comment résister à piocher dans la marchandise lorsqu’on est en manque? Mais c’est mauvaise presse et, par mon irréprochable professionnalisme dans un domaine ‘sale’ comme celui de la drogue, je ne tardai pas à me faire un nom.

A 19 ans, je fus projeté dans un univers encore plus sombre et dangereux, celui qui a trait aux armes.
Ayant assis ma réputation de dealer performant et un nouveau trafic d’armes faisant son apparition en ville, on me demanda d’en être. Comment refuser?
Naturellement, je cachais mes activité à mon jumeau. Je l’avais toujours considéré comme fragile et je ne pouvais me permettre de le propulser dans mon monde. D’ailleurs, nos contacts étaient de moins en moins fréquents. A l’époque du lycée, il avait dû renoncer à son rêve après s’être blessé et je n’avais pas pu être auprès de lui autant que je l’aurais voulu. En fait, je devais m’occuper de mon image et je ne pouvais pas montrer trop ouvertement mon affection pour mon frère car dans le domaine où je m’étais dirigé, mes ennemis pouvaient s’en prendre à ceux que j’aimais.
Malheureusement, à force de faire mine de ne pas aimer mon jumeau outre mesure et de le voir en coup de vent, nous commençâmes à réellement nous éloigner.

Dans mes activités, je côtoyais de plus en plus de gens pas très clean et je rencontrai un jour un dénommé Tristan Stewart. Il avait une vingtaine d’années, tout comme moi, et je crois bien qu’il me respectait beaucoup. Il faut dire que j’avais cet effet sur les gens. Seulement voilà, il avait beau être jeune, il avait une redoutable expérience du métier et il tirait les ficelles de nombreux trafics à Chicago. Nous décidâmes de travailler ensemble, après avoir jugé chacun de l’incroyable talent de l’autre. Mais Tristan n’avait pas les mêmes méthodes que moi. Tandis que je prenais un soin tout particulier à éviter de faire couler le sang, lui ne se gênait pas pour faire tomber les têtes pour un oui ou pour un non. Au départ, je l’influença en bien, mais ma réticence à tuer le dérangea de plus en plus et il vit même là une faiblesse. Un soir, tandis que j’avais rendez vous avec des soit-disant gros fournisseurs, une bande de tueurs me tomba dessus. Si je n’aimais pas tuer, je me battais remarquablement bien et je n’eus d’autres choix que tuer mes agresseurs un à un.
Mais je n’étais pas idiot, j’avais bien remarqué que ces tueurs étaient trop peu entraînés pour avoir été envoyé pour me tuer. Ils avaient plutôt été envoyé pour me forcer à tuer et je n’eus pas besoin de beaucoup réfléchir pour comprendre par qui.

Je me présentai devant mon collègue et je lui fis avouer pourquoi il avait fait cela. Hors de moi, il me fallu quelques instants pour comprendre que je m’étais trop approché de lui et que je lui avais planté mon poignard dans le cœur. Le plus étrange, c’est que je ne le regrettais pas. La rage aveugle qui s’était emparée de moi était si enivrante et ôter la vie à un homme me donnait l’impression d’être si puissant que j’en fus troublé, agréablement troublé.

Après cet épisode, je devins la seule étoile montante du milieu à Chicago et, surtout, je n’avais plus peur d’user de mon droit de vie ou de mort sur les gens. Je commis alors de nombreux méfaits tels que des vol à main armée, des braquages, les assassinats de plusieurs dealers et autres trafiquants. Si ma réputation grandissait, je n’avais pas encore commit de crime assez grand pour que les flics s’intéressent vraiment à moi. Il y en avait bien quelques uns sur mes talons, mais je n’étais plus un bleu et j’arrivais sans problème à tromper leur vigilance.

En parlant de flics, j’appris bientôt le mariage de mon frère. Je me serais volontiers invité à la noce, mais sans doute qu’un criminel aurait fait mauvaise figure au mariage d’un inspecteur. Je me contentai donc d’observer la vie de mon jumeau de loin, ravit de voir que tout lui souriait. Il le méritait, après avoir connu une enfance peu commune et la déception devant l’impossibilité de réaliser son rêve, il était enfin devenu quelqu’un.

Quelques temps après, je rencontrai une dénommée Calice Davis, jeune fille très mystérieuse qui chantait depuis peu dans un bar où j’avais l’habitude de me rendre. Nous vécûmes une idylle passionnée durant un temps, avant qu’elle ne disparaisse sans crier gare. Cela me perturba pendant un temps et me fit manquer de prudence alors que je filais l’assistant d’un grand politicien afin de lui tirer les vers du nez quant aux activités louches de son patron. N’ayant rien de très concluant à m’apprendre, je décidai d’en finir avec sa vie mais, malheureusement, je n’avais pas fait attention à la présence de témoins et, quelques jours plus tard, les flics me recherchaient. Ils étaient cette fois ci bien plus décidés à m’attraper, sans doute parce qu’ils devaient être menés par un inspecteur zélé. Et quel inspecteur! Imaginez ma réaction lorsque mon frère me fit mettre sous les verrous! Au début, je tentai de comprendre ce qui avait pu le pousser à faire ça. Et je compris finalement que j’avais dû le décevoir. Dès lors il m’était impossible de lui en vouloir, d’autant plus que mes contacts à l’extérieur me permirent de savoir que sa femme était morte.

J’avais 24 ans et j’avais été destiné à 10 années de prison pour tous les méfaits que j’avais commit. Pourtant, je ne restai que 6 ans derrière les barreaux, pour bonne conduite.

A ma sortie de prison je fis la rencontre la plus improbable qui soit: celle de Aaricia Sanders. Les raisons pour lesquelles elle était venue à moi restèrent brumeuses, elle avait soit disant besoin de quelqu’un comme homme de main et qui pourrait aussi faire office de tueur à gages. Elle disait avoir étudié mon ‘CV’ et qu’elle ne doutait pas que je la satisfasse. Je ne compris pas tout, mais je compris vite que cette femme n’était pas humaine, surtout quand elle se pencha dans mon cou pour y planter ses crocs de vampires. Pourtant, je n’avais rien fait pour l’en empêcher. Peut-être parce que j’estimais en avoir fini avec la vie que j’avais vécu avant de tomber sur la case prison.


Dernière édition par Drake Norton le Jeu 13 Mar - 22:46, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaricia Sanders

avatar

Nombre de messages : 559
Age : 30
Race : Lycan
Age : 876
Métier : Dirigeante
Armes : Surtout mes mots
Date d'inscription : 29/02/2008

Relations
Relations:

MessageSujet: Re: Drake Norton   Ven 7 Mar - 23:39

Heyyy enfinnn Razz Bienvenue à toi et bon courage pour ta fiche Smile Je sens que l'on va bien s'amuser Cool

_________________

« Dans la vengeance et en amour, la femme est bien plus barbare que l’homme… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drake Norton

avatar

Nombre de messages : 54
Age : 27
Date d'inscription : 07/03/2008

Relations
Relations:

MessageSujet: Re: Drake Norton   Sam 8 Mar - 11:19

Merci Ricia, j'vais essayer de finir ça le plus vite possible pour que l'on puisse s'amuser ensemble Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ynes Enghart
Reine des Lycans & Modo Inquisitrice
avatar

Nombre de messages : 1172
Age : 29
Race : Lycan
Age : 1045 ans [ 27 ans ]
Métier : Femme d'affaires & Modo Féroce
Armes : Sa rapidité et son instinct
Date d'inscription : 03/02/2008

Relations
Relations:

MessageSujet: Re: Drake Norton   Sam 8 Mar - 18:29

Bienvenue et bonne continuation pour ta fiche Wink

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drake Norton

avatar

Nombre de messages : 54
Age : 27
Date d'inscription : 07/03/2008

Relations
Relations:

MessageSujet: Re: Drake Norton   Sam 15 Mar - 15:52

Depuis la transformation:

Une étape de ma vie s’achevait, une autre débutait. Et je sentais qu’elle allait valoir la peine d’être vécu. Aaricia répondit à toutes mes questions au sujet des vampires et elle m’apprit même qu’il existait des lycans. Tout comme je respecta immédiatement celle qui allait devenir ma patronne, je me pris instantanément de passion pour ce nouveau monde étrange dans lequel j’allais pouvoir évoluer désormais. Aaricia fit de moi son garde du corps, en même temps qu’un tueur à gages réputé. Elle acceptait que j’aie d’autres contrats que les siens tant que je faisais passer ses ordres en priorité.

Quelques semaines à peine après être devenu vampire, je cherchai à retrouver la trace de mon frère. Je lui rendis une petite visite, le soir de nos 30 ans , et je m’aperçu qu’il n’avait d’autre compagnie que l’alcool. Il était totalement ivre et, je ne pourrais l’expliquer, un drôle de sentiment m’envahit. J’étais d’abord juste venu pour parler mais je compris que cela ne serait pas utile. Tout comme je m’étais réjouis devant sa réussite, bien des années plus tôt, je me trouvais profondément touché par son désarroi. N’avait-il pas droit au bonheur? …
Le choix que je fis de m’avancer vers lui et de le mordre fut sans doute l’un des plus responsable de ma vie. Avec cette morsure, je sentis le lien que nous avions perdu se refaire. Pourrions nous prendre un nouveau départ et mettre de côté le passé?

Kane prit très bien sa nouvelle condition et cela me rassura. Mais je m’inquiétais pour lui de le voir faire si facilement preuve de violence. Ma transformation m’avait aussi rendu plus sadique envers la mort de mes proies, mais je savais néanmoins me contenir. Kane, lui, était étrangement impulsif. Je décidai de le mener à Aaricia, espérant qu’elle accepterait de l’embaucher. Je ne sais pas si elle le fit pour moi ou par intérêt, peut-être un peu des deux, mais je me considérai alors comme son débiteur éternel.

C’est à cette même époque que je rencontrai une jeune femme qui se trouvait aussi être dans ses touts premiers moments de vampire: Loïs Mayers . Je la prit immédiatement sous mon aile et elle m’admira pour l’aide que je lui apportai. Ce fut sans doute l’une des seules connaissances vampires que je me permis. Je savais fort bien qu’ Aaricia ne supportait pas outre mesure les membres de sa race et je me gardai donc de lui parler de Loïs. Je n’étais de toutes façons tenu en aucune manière de lui faire part de mes faits et gestes. Tant que j’exécutais ses ordres, elle ne demandait rien de plus.

Un jour, Aaricia me confia un contrat. C’était une jeune femme, vampire, qu’elle voulait à tout prix voir six pieds sous terre. Je ne lui avais pas demandé ses raison, cela ne me regardais pas. Mais quand je me mis en chasse de cette vampire, j’eus l’horreur de constater qu’il s’agissait de Calice, mon ancien amour. Pourtant, je la tua, froidement même. J’étais devenu le pantin de l’Impératrice Sanders. Elle ordonnais et j’obéissais. Cela ne me posait aucun problème, mais à mesure que le temps passait, je commençais à dédaigner les meurtres de vampires. Je préférais charger d’autres tueurs de ce travail. Mais Aaricia n’en savait rien et je continuais à tuer toute autre personne selon son bon vouloir.

Les soirées mondaines étaient monnaie courante lorsque l’on avait la chance d’être l’homme de main de la talentueuse dirigeante d’une grande entreprise pharmaceutique. Je me débrouillais toujours pour arriver aux bras de charmantes créatures lorsque je devais me rendre à l’une d’entre elles. Pour cela, j’avais un excellent moyen: je faisais appel aux services d’une excellente agence de call girls. De cette façon, je me préservais de voir mon image et par là même celle de Aaricia s’étioler à cause de la mauvaise tenue de l’une de mes conquêtes. Les call girls avaient la décence d’être belles et de savoir se tenir, ce qui était devenu plutôt rare à Chicago.
Un soir, je me présentai à une soirée au bras de la ravissante Saelia Mikers. Pour tout le monde, elle devait être ma toute dernière petite amie et je dû avouer être très impressionné par son jeu et son naturel. Une chose me déçu cependant, le fait qu’elle se fasse payer pour des pratiques pas très catholiques pour arrondir ses fins de mois. Une jolie fille comme ça, pleine de grâce et loin d’être complètement stupide, méritait mieux que ce genre de vie. Comprenez donc que je fus ravis de constater que Aaricia avait décidé de la prendre comme assistante, suite à une conversation qu’elles avaient eu.
Plus j’apprenais à connaître Saelia et plus je la respectais. Et je m’en voulu de lui faire comprendre que je ne mélangeais pas boulot et affaires personnelles.

Voilà où en est mon existence, entre certitudes et hésitations.


Physique:

Loin de moi l’idée de me venter, mais je crois bien avoir toujours eu le physique qui allait avec ma personnalité. Je m’explique: J’ai un caractère plutôt doux mais je peux parfois devenir la pire plaie qui puisse s’abattre sur vous; il en va de même pour mon physique. Je ne ressemble pas à une masse vivante qui semble capable d’écraser tout sur son passage, mais ma musculature n’est pas négligeable, notamment parce que je l’entretiens avec soin. Sous mes costumes souvent impeccables, je cache une force insoupçonnée qui peut parfois être un véritable atout pour prendre mes cibles à revers. Je suis souvent calme et ma condition de vampire m’a apprit à rejeter toute impulsivité, mais cela ne m’empêche pas de mettre mes poings et mes crocs à l’épreuve lorsque la situation l’exige. Je suis entraîner pour tuer et je baigne dans le trafic d’armes depuis tant d’années qu’il serait imprudent de me juger à la légère.
Bien qu’ayant un visage fin et raffiné, un regard doux et indéchiffrable et une tenue toujours correcte et étudiée, ne pensez pas une seule seconde que je puisse ne pas vous sauter dessus sans prévenir pour séparer votre tête de votre corps.

Hormis cela, sachez que mon physique est complètement adapté à mon double voire triple rôle. En effet, je me tiens et m’habille toujours de manière à être l’irréprochable homme de main d’Aaricia Sanders. Je m’adapte aussi très bien lorsque mon rôle est de traquer et éliminer les proies qui m’ont été désignées et j’ai une apparence alors bien plus agressive, sans compter la lueur de cruelle satisfaction qui illumine mon regard. Enfin, lorsque j’agis en ma qualité de tueur au sein des vampires, je mélange alors ses deux aspects de ma tenue et je revêt alors les traits du parfais vampire tueur de lycans.


Maintenant que la guerre a repris:

Etes vous actif pour votre race, ou au contraire neutre?
Théoriquement, je devrais être neutre, voire actif contre ma race, afin de suivre celle qui m’a transformé et est aujourd’hui ma patronne. Mais ce n’est pas aussi simple, après tout rien n’est totalement blanc ou noir en ce bas monde.

Expliquez votre choix:
Loin de moi l’idée de faire des infidélités à celle à qui je dois tout, mais j’ai de plus en plus de mal à obéir aveuglément. Qu’elle me paie pour tuer des humains et des lycaons et tout ira bien, mais je suis d’avantage réticent lorsque mes cibles sont de ma race. J’ai déjà tuée une vampire et j’ai ressenti un grand trouble à faire cela. Je fais désormais tout pour éviter d’avoir à commettre de nouveau cet acte. Aaricia n’en a pas idée, mais je délègue désormais l’affaire à un autre lorsque mon contrat est un vampire. De là à trahir Aaricia pour rejoindre le camp des vampires il y a une marge mais on ne peut pas savoir de quoi l’avenir sera fait.

Relations:

Amoureuses:

Je n'ai malheureusement aucune relation amoureuses pour le moment et je m'en contrefiche totalement. Je suis immortel désormais, j'ai bien le temps de me poser et de fonder une famille. Pour l'instant, je me contente de profiter de ma jeunesse de vampire!

Amicales:

Il n'est pas dans ma nature de mélanger vie privée et vie professionnelle, voilà pourquoi il n’est pas habituel que je me lie outre mesure avec un client, un sous fifre ou un collègue. Mais, avec Aaricia Sanders, c’est tout à fait particulier. C’est elle qui a fait de moi un lycan. Avant ça, je n’avais plus aucun avenir. Grâce à elle je suis né à nouveau. Elle m’a apprit tout ce que j’avais à savoir sur ce monde des ténèbres dont j’ignorais jusqu'à l'existence. Je me pensais cruel, puissant et assoiffé de sang, elle a fait en sorte que ce soit vrai.
Je suis désormais son homme de main, assurant sa protection. Mais je suis aussi un redoutable tueur à gages et Aaricia n’hésite jamais à faire appel à mes services.
Nous ne sommes pourtant pas pour autant amis pour ainsi dire, mais plutôt très proches. On ne pourrait cependant aller plus loin puisque mon respect pour elle m’empêche de l’être d’avantage. Disons qu’il existe entre nous un lien fort qu’il est pourtant impossible de traduire par des mots.

Je m'entend on ne peut mieux avec Saelia Mikers. Nous sommes proches, sans pour autant l'être trop. Je pense, sans prétention, que si je le voulais, je pourrais aller plus loin avec elle, mais je n'aime pas jouer avec les femmes et je respecte de toute façon bien trop Saelia pour cela. Mais j'avoue qu'il m'arrive de regretter que nous soyions collègues, sans quoi il aurait sûrement pu se passer quelque chose entre nous. Mais notre amité me suffit.


Conflictuelles:

Ne vous ettonez pas, je n'ai aucune relation conflictuelle. Je ne suis pas du genre à embêter le monde pour un rien ou à me croire supérieur. Du moins, quand c'est le cas, j'ai la prudence de le garder pour moi. Aucun motif ne peut pousser ceux que je connais à me détester. Seules mes proies le peuvent.

Fraternelles:

Il fallait bien une catégorie spéciale pour celui qui est venu au monde quelques instants seulement après moi. Dès lors, Kane Norton a toujours été derrière moi en tout. Pourtant, je n’en tirais aucune fierté, notamment parce que le fait qu’il ne soit que le second l’a toujours placé très bas dans l’estime de nos parents. Mais, moi, je l’aimais et je le protégeais. Si j’étais apprécié de tous, personne ne pouvait se venter de monopoliser d’avantage mon attention que Kane. Il était fragile et pourtant si adorable que je pensais le garder à jamais sous mon aile. Mais, à mesure que nous avons grandi, les choses ont évoluées. Nous avons suivit des voies diamétralement opposées et je crois que mon choix a beaucoup affecté mon jumeau, bien que je ne m’en soit pas aperçus alors. Nous avons petit à petit perdu tous liens amicaux et il est devenu mon détracteur le plus acharné. Il ne semblait pouvoir trouver la paix qu’une fois m’avoir mis sous les verrous. Je n’en sus rien à ce moment là, mais lorsqu’il y parvint, il ne connu aucune paix. En sortant de prison, j’appris son infortune. Après l’avoir transformé par le rituel habituel, nos liens réapparurent, semblant tout droit revenus d‘outre-tombe. Pourtant, ce n’était plus comme avant. Kane avait de nouveau repris sa place avec moi, mais il n’était plus derrière mais à mes côtés. Je ne demandais pas mieux bien que je fus un peu déçu de constater qu’il n’avait plus autant besoin de moi qu’avant. Pourtant, je sens que quelque chose le gêne désormais. Lorsque nous sommes ensemble, je sens sa rancœur mais aussi une hargne mêlée d’une pointe de jalousie totalement injustifiée. Si je pouvais savoir ce qu’il en est, je pourrais certainement arranger les choses. Je l’ai perdu une fois, je ne veux plus que cela se reproduise. Si cela devenait la dernière façon de le garder avec moi, je pourrais mettre un terme à sa vie.


III. Vous derrière votre écran:


Pseudo/Prénom: A vous de voir
Age: C'est écrit au dessus
Comment avez vous découvert le forum? Par Aaricia
Votre présence? 7 sur 10, ça dépendra
Personnalité sur l'avatar: Christian Bale
Fiche terminée? Oui
Code du réglement? [Code Ok by Ivy]
Un commentaire?
Et vous?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kate Enghart
Sweet but Dangerous Werewolf
avatar

Nombre de messages : 909
Age : 32
Race : Vamcan
Age : 789 ans
Métier : Vendeuse
Armes : Mes griffes... Une lame en or blanc, cadeaux de Josh et deux armes à feu
Date d'inscription : 21/01/2008

Relations
Relations:

MessageSujet: Re: Drake Norton   Sam 15 Mar - 18:21

Validé of course ! Amuse toi bien Wink

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Drake Norton   

Revenir en haut Aller en bas
 
Drake Norton
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Renom et honneur du marine Walter C Drake
» contre et dans la tempète... Que de plaisir... [PV Drake et libre ]
» Drake Hvardsson et l'oeil Cristallin (réservé)
» Iceberg [...ou les chroniques de Bobby Drake] (Fiche terminée)
» Je n'espionne pas, je me renseigne! [Drake]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A New War Begins :: La légende :: Présentation de votre personnage :: Présentations validées-
Sauter vers: