A New War Begins

Une nouvelle guerre opposant les Vampires et les Lycans va commencer...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Quand la faim vous parle [Drew =D]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Edward Werber
.:Blut, Unsterblichkeit, Blutvergießen:.
avatar

Nombre de messages : 199
Age : 27
Race : Lycan
Age : 480 ans
Métier : Avocat
Armes : Un révolver charger de balles d'argents et un couteau.
Date d'inscription : 24/01/2008

Relations
Relations:

MessageSujet: Quand la faim vous parle [Drew =D]   Lun 17 Mar - 19:46

Un vent frais et confortable soufflait sur Chicago, faisant ainsi virevolter les feuilles qui se trouvait par terre en un tourbillon de couleur flamboyant. L’hiver allait bientôt couvrir la ville de son manteau blanc et les journées allaient s’en trouver écourtée, mais c’était mieux ainsi pour le vampire puisqu’il pourra profiter d’avantage de l’air vivifiant de l’extérieur. Le soleil allait bientôt se coucher et une légère brume recouvrait le par terre du parc Grant, créant ainsi une atmosphère peu amène. Edward en eu un petit sourire en coin. Quoi de mieux que cette atmosphère pour chasser. De plus, il avait Drew avec lui alors un peu d’aide pour faire en sorte que la victime ne se débatte pas trop durant qu’il se nourrissait n’était pas de refus. Le vampire avait faim, terriblement faim alors il pourrait s’attaquer à n’importe qu’elle passant qui aurait le malheur de se trouver sur son chemin et c’est ce qu’il allait faire naturellement. Edward regardait les alentours de son regard froid et perçant, attendant ainsi impatiemment que son repas daigne se pointer. Marchant avec son majordome parmi les sentiers sinueux du jardin, Edward regardait tout de même la flore merveilleuse de celui-ci en même temps de jeter de furtif coup d’œil impatient aux alentours. Il avait toujours aimé ce jardin à cause de ses effluves bienfaitrice et de cette aura de calme qui emplissait ces lieux. C’était son lieu préféré lorsqu’il avait des remises en question ou de quelconques problèmes a réglés et toujours il avait sut trouver la bonne solution en prenant le temps de s’assoir ici…enfin presque. Edward regarda son majordome qui semblait tout aussi impatient que lui qu’une victime malchanceuse croise leur chemin. Le vampire en eu un petit sourire attendrissant. Drew ferait un excellent vampire, mais jamais Edward ne lui ferait ça. Drew l’énervait souvent avec cela et Edward finissait toujours par se mettre en colère contre celui-ci lorsqu’il osait émettre cette stupide idée. Ne comprenait-il pas que le passage de vampire à humain était terriblement douloureux? Edward n’avait jamais eu à subir cette transformation et il en était heureux. Drew devait tout de même se compter chanceux d’être un humain puisque ceux-ci avaient des avantages que les vampires n’avaient pas et bien souvent, Edward aurait préféré être humain plutôt que d’être ce qu’il était. Edward se trouva soudainement idiot de penser une seule seconde que l’existence des vampires était d’une nullité exécrable. Bien au contraire, elle était plus que palpitante.

Soudain, un craquement de feuilles mortes le fit s’arrêter. Un sourire cruel se peignit sur ses lèvres. Il allait enfin pouvoir se désaltérer à son plus grand des bonheurs. A moins que se ne soit un rongeur, dans ce cas-ci se ne sera qu’une entrée. C’était mieux que rien pour le faire patienter. Une fine silhouette se dessina au loin faisant ainsi savoir à Edward que sa victime était vraisemblablement une femme. Il ignorait l’âge, mais pour l’instant disons qu’il s’en foutait un peu. Tout ce qu’il voulait c’était de manger. Il se tourna vers Drew et d’une voix ou suintait un plaisir plutôt malsain, il lui dit:


-Enfin, le repas est servit.

Edward se posta alors devant la femme qui ne paraissait n’avoir pas plus que 21 ans. Avec un air charmeur et plutôt amical, il s’adressa à elle en lui disant que lui et Drew avait besoin d’aide pour savoir ou se trouvait un certain lieu de Chicago. La jeune fille leur répondit ne sachant pas qu’elle allait être mordu d’ici peu. Edward la remercia et une lueur joueuse et peu rassurante teinta alors ses prunelles pâles. Il regarda Drew et de nouveau un sourire apparut sur ses lèvres, ce qui ne présageait rien de bon pour cette pauvre jeune femme. Il se tourna vers celle-ci et soudain, elle ne se sentit plus du tous a l’aise en présence de ses deux hommes plutôt inquiétant. Elle allait se sauver, mais Edward la rattrapa par le bras et planta son regard acéré dans le siens.

-Quoi? Vous nous quittez déjà?...Nous pensions converser un peu avec vous. Vous m’avez l’aire d’une jeune femme charmante.

La pauvre regarda Edward en tremblant. Elle bégaya un piètre –je…je ne peux pas…Il…faut que…que j’y aille.- Edward en eu un rire sardonique. Si elle croyait une seule minute qu’elle allait lui échapper elle se trompait sur toute la ligne. Le soleil s’était couché et la populace de Chicago avait déserté le parc, laissant ainsi la jeune femme complètement seule avec ces deux êtres sortit tout droit de l’enfer. Edward ne tarda pas à lui mordre le cou avec un plaisir aucunement caché. Il se délecta de son sang jusqu’a la dernière goûte et lorsqu’il en eu finis avec elle, il laissa son cadavre tombé mollement par terre. Il eu alors un rire de total amusement. Comme il était bon de boire! Il se tourna vers Drew avec un regard pétillant et emplit de joie:

-Son sang était d’un tel délice Drew que j’en ai encore des frissons de plaisir. Je vous laisse vous débarrasser du cadavre?

Edward savait que Drew appréciait toujours qu’il le laisse s’occuper du cadavre de ses victimes. Le vampire n’y voyait aucun inconvénient puisque cela l’évitait de devoir prendre en charge le cadavre. Et puis, il voulait le bonheur de Drew et cela rendait son ami d’humeur joyeuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drew Cooper

avatar

Nombre de messages : 61
Age : 26
Age : 27
Métier : Majordome
Armes : Un couteau de boucher.
Date d'inscription : 14/03/2008

Relations
Relations:

MessageSujet: Re: Quand la faim vous parle [Drew =D]   Lun 17 Mar - 21:29

Ah, sortir chasser dans le parc, voila une activité que Drew adorait entre toutes. Si son maître en avait besoin pour se nourrir, lui en avait besoin pour se divertir. À bien des égards, Drew était comme un chien fidèle. Simplement suivre Edward dans ses activités quotidiennes suffisait à l’emplir d’une indicible joie. Mais voila, il n’en était pas de même pour James, son alter ego, la plus noire partie de son âme. James avait besoin de sang et de tripe, c’était en quelque sorte son passe-temps et Drew savait que si James n’obtenait pas ce qu’il voulait, il pouvait recourir à des moyens extrêmement déplaisants pour se le procurer. Dans ces circonstances, la chasse était vraiment une activité que tous pouvaient apprécier, chacun à leur manière.

Une jeune femme se laissa prendre au piège de leurs sourires avenants et Edward en fit son repas. Drew regards son maître avec envie. Si seulement il avait put être comme lui. Lui et James en auraient été vraiment satisfait et peut être que celui-ci aurait accepté de le laisser un peu tranquille. James répondit à cet affront en le pinçant. Drew étouffa un gémissement de chien battu. Il ne voulait pas importuner son maître pendant qu’il se nourrissait, cela aurait été tout bonnement malpoli. S’il voulait qu’Edward le laisse disposer des restes, il devait être sage. Et puis finalement sa patience fut récompensée lorsque le vampire lui proposa de le débarrasser du corps sans vie de la jeune femme. Il la prit dans ses bras et se dirigea vers un petit boisé ou l’on ne risquait pas de l’apercevoir. Il laissa tomber le corps au sol sans une once de respect pour la morte et sortit d’un repli de sa veste un long couteau de boucher. Durant les minutes suivantes, il s’affaira à démembrer le cadavre et à mettre les morceaux dans des sacs poubelles, essuyant périodiquement ses mains ensanglantées sur un sa veste. Elle était noire, personne n’en saurait rien. Il ne portait jamais de couleurs pâles pour ce genre de travail, c’aurait été contre-productif. Quelque part dans sa tête, James se plaignit du fait qu’on ne lui offrait presque jamais rien de vivant mais Drew l’ignora. Il devait se contenter de ce qu’il avait, cet ingrat, et cesser de se plaindre sans arrêt du maître qui, dans l’opinion de Drew, était parfait, malgré cette manie qu’il possédait de ne pas vouloir le vampiriser. Drew se forçat à ne plus y penser et jeta les sacs poubelles contenant le corps en pièce détachées au fond de diverse poubelles. Les preuves partiraient toutes pour la décharge et si jamais elle ne le faisait pas…et bien Drew portait des gants alors pas de danger de retrouver d’empreintes digitales sur les sacs. Et le meurtre demeurerait pour toujours non élucidé. Drew poussa un grognement de satisfaction devant sa propre ingéniosité. Et puisqu’il avait finit sa tâche, il sortit du boisé et revint vers Edward avec un sourire distrait aux lèvres.

-Voila j’ai terminé, dit il simplement et il essuya la lame du couteau sur son pantalon avant de le ranger dans sa veste.

Il faudrait qu’il la nettoie en profondeur en revenant au manoir pour éviter qu’elle ne rouille, il ne se le serait pas pardonné. S’il n’était pas un obsédé de l’ordre et de la propreté, il savait qu’Edward l’était, lui et il ne voulait surtout pas lui déplaire. James avançait qu’il s’agissait la d’un caprice mais comme à chaque fois que celui-ci parlait contre Edward, Drew le snobait somptueusement. Il refusait d’entendre ces choses, même si pour ce faire il fallait qu’il évite d’entendre ses propres pensées. Pour ce faire, Drew devait se concentrer, comme en ce moment et cela lui donnait une ridicule et adorable expression d’immense effort intellectuel. Il espérait qu’Edward ne le remarquait pas, il n’aimait pas passer pour un pauvre idiot devant lui. Il savait bien sur que le vampire était au moins cent fois plus brillant que lui, mais ça ne voulait pas dire qu’il ne fallait pas faire au moins un petit effort en vu de ne pas se comporter en total demeuré. Toujours fortement concentré, il attendit docilement qu’Edward les dirige la où il voulait se rendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Werber
.:Blut, Unsterblichkeit, Blutvergießen:.
avatar

Nombre de messages : 199
Age : 27
Race : Lycan
Age : 480 ans
Métier : Avocat
Armes : Un révolver charger de balles d'argents et un couteau.
Date d'inscription : 24/01/2008

Relations
Relations:

MessageSujet: Re: Quand la faim vous parle [Drew =D]   Lun 17 Mar - 23:41

Edward laissa donc Drew vaquer à ses occupations et il fut de nouveau attendrit par cette petite mine fort mignonne dont Drew s’arbora le visage lorsqu’il lui donna feu vert. Le vampire regarda son majordome s’éloigner avec un certain questionnement dans le regard. Peut-être qu’en fait, ce serait bien qu’il le vampirise ainsi ils seraient ensemble pour l’éternité. Edward s’était quand même attacher a lui et maintenant il n’osait même pas imaginer se passer de la présence de Drew et un jour, son ami allait vieillir et mourir, c’était un fait tout a fait irréfutable. Cela déplaisait beaucoup à Edward. Il soupira d’agacement, harasser par le fait qu’il se prenne la tête pour une question qu’il avait longtemps régler. Il ne changera pas d’avis un point c’est tout, même si Drew le suppliera toute sa vie de le vampiriser. En plus, il était légèrement en colère de s’être attacher a un humain. Il l’avait déjà fait auparavant et cela lui avait occasionné beaucoup trop de problèmes. Voilà qu’il avait recommencé maintenant. Il prit place sur un banc, affichant toujours cette mine noire, car cette question lui taraudait toujours l’esprit. Drew prenait donc lentement le dessus sur lui en ce qui attrayait à son envi de devenir vampire et ce fait ne plaisait pas beaucoup à Edward. Il ne fallait absolument pas qu’il cède c’était capital. Le vampire en eu marre de penser à ce stupide problème, c’est pourquoi il se cala contre le siège peu confortable du banc de parc. La brume s’était dissipée, ce qui enleva l’aspect un peu lugubre des lieux. Le vampire leva les yeux vers le ciel où un pâle disque éclairait les alentours de sa faible clarté. C’était nul autre que la lune, l’amie de toujours des vampires. Combien de fois Edward avait chassé sous sa clarté? Trop de fois pour qu’il daigne les compter. Une myriade d’étoiles parsemait la toile bleu foncé qu’était le ciel et Edward les contempla encore longuement tout en étant perdu dans le file infernal de ses pensés. Voulant à tout prix ne plus penser à rien, Edward empoigna son paquet de cigarette qui se trouvait dans sa poche et l’ouvrit pour se prendre une cigarette. Fumer était mal, mais Edward n’était pas vivant en tant que tel, ce qui faisait en sorte qu’il pouvait se permettre se genre de plaisir mal vu par nombreux humains. À l’aide de son briquet, il alluma sa cigarette et en tira une bouffée qui laissa ensuite s’échapper en un tourbillon de fumée dans l’air ambiant. Comme il était bon de sentir cette fumée étrangement apaisante descendre dans ses poumons. Edward ne pouvait plus se passer de cette drogue depuis 1915 c’est-à-dire depuis qu’il l’avait connu sur les champs de batailles de la première guerre mondiale. En effet, les soldats fumaient pour chasser leur ennuie.

Après quelques minutes, Drew revint et lui fit savoir qu’il en avait terminé avec le cadavre. Edward en eut un sourire satisfait. Il tira une dernière bouffé de sa cigarette, la jeta par terre et écrasa le mégot avec son pied. Il laissa échapper à nouveau la fumée de sa bouche et de son pâle regard fixa un buisson qui se trouvait devant lui. La température baissait, signe que la fin de soirée était arrivée. Edward se coucha sur le banc et regarda à nouveau le ciel. Il fallait absolument qu’il dise quelque chose à Drew, car il avait cela sur le cœur depuis deux jours. C’était à propos d’Iska, sa fille. Drew ignorait qu’Edward avait déjà eu deux femmes, ce qui était curieux puisqu’il avait l’habitude de tout dire à son majordome. Seulement, Edward ne faisait jamais mention de son passé à qui que se soit, car il avait trop peur de ressentir cette petite tristesse qui lui pincerait le cœur à nouveau s’il osait y penser encore. Mais voilà maintenant que sa fille Iska ressurgissait du passé, ce qui l’avait complètement dérouté et plonger à nouveau dans des souvenirs douloureux. Ceci expliquait aussi le fait que depuis ces deux jours, Edward était d’une humeur un peu maussade. Certes, il était heureux de revoir sa fille, mais si Iska était ici cela voulait aussi dire que sa mère était à Chicago. Est-ce qu’il avait réellement envie de revoir Helena? Absolument pas. Il éprouvait encore une certaine haine à son égard. Elle l’avait blessé et l’avait séparé d’Iska. Edward ne lui pardonnera jamais cette bévue. Il se leva et se rassit. Il planta ses orbes affichant maintenant une certaine confusion dans ceux de Drew. D’une voix à peine audible, il commença sa phrase:


-Drew…Il y a quelque chose que je dois vous dire. J’aurais peut-être dû vous le dire plus tôt, mais ce n’est pas cela qui est important…Cela a rapport à mon passé. Je ne peux plus garder pour moi ce qui me tracasse depuis deux jours.

Il laissa sa phrase en suspend et bientôt la confusion dans son regard devint de l’assurance ce qui était maintenant plus digne d’Edward Werber. En effet, le vampire n’avait pas l’habitude de se laisser démonter par une situation de ce genre. Il avait plutôt l’habitude de se montrer fort et inébranlable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drew Cooper

avatar

Nombre de messages : 61
Age : 26
Age : 27
Métier : Majordome
Armes : Un couteau de boucher.
Date d'inscription : 14/03/2008

Relations
Relations:

MessageSujet: Re: Quand la faim vous parle [Drew =D]   Mar 18 Mar - 5:20


Drew remarqua qu’Edward semblait préoccupé et il le regarda d’u air à la fois inquiet et compatissant. Il ne posa toutefois pas de questions. Le vampire avait souvent cet air, surtout ces temps-ci, quelque chose semblait le tracasser plus qu’à l’habitude. Drew fit en sorte que tout dans son attitude invite à la confession. Il peignit sur ses traits une expression parfaitement douce et compréhensive. Son regard se fit enjôleur et il se pencha légèrement vers Edward.

Sa stratégie, qui était somme toute innocente malgré ses relents de manipulation qu’elle exhalait, porta fruit car Edward parla enfin. Il y avait dans sa voix beaucoup moins d’assurance qu’en temps normal. Le sujet semblait délicat et Drew mourrait de curiosité d’en savoir plus. Il ne voyait vraiment pas ce que cela pouvait être. Si Edward croyait bon de lui en parler, cela le concernait sûrement mais celui-ci avait dit qu’il s’agissait de quelque chose en rapport avec son passé. La confusion la plus totale teinta l’angélique visage du majordome qui n’y comprenait plus rien. Que pouvait il y avoir dans le passé de son maître qui le troublait à ce point et dont il tenait absolument à faire part avec Drew ? Avec une pointe d’amère déception, l’homme se prit à penser que cela n’avait probablement aucun rapport avec lui. Il ne savait pas exactement pourquoi il s’en sentait offensé mais une voix dans sa tête lui intima l’ordre d’arrêter de se comporter comme un enfant égocentrique de 5 ans et d’écouter les jérémiades du suceur de sang avec au moins un semblant d’attention. Drew éprouva un instant l’irrépressible envie de gifler James pour un tel manque de respect mais il reporta son attention sur Edward rapidement pour éviter que celui-ci ne se sente offusqué et décide de ne pas dire ce qu’il avait à dire. Il sourit au vampire d’un air qui donnait envie de se vider le cœur. Drew était capable d’être extrêmement sympathique, autant qu’il était capable d’être effrayant. En compagnie d’Edward, ses airs étaient naturels et sincères, en une autre compagnie, toutefois… Soudainement ses doux airs tournaient en grimaces terrifiantes et toutes ses belles paroles cédaient le pas à un rire venu d’outre tombe. Jamais en compagnie du vampire. Il ne l’aurait pas trahis pour tout l’or du monde et même James, malgré ses commentaires désobligeants, le respectait profondément. Et Drew savait que lui aussi mourrait d’impatiente de savoir ce qu’Edward avait à leur révéler. Drew l’entendit murmurer qu’il espérait que cela avait rapport à leur changement d’humains en vampires mais le majordome en doutait fortement. Cela avait rapport au passé, et il prit soin de le rappeler mentalement à James, avec le plaisir évident de celui qui, pour une fois, se montre plus rapide que son supérieur. Piqué au vif, James l’envoya promener, mais dans des mots beaucoup moins neutres et beaucoup plus colorés, c’était le cas de le dire. Drew réprima un petit rire de satisfaction et fit mine de tousser. James lui souffla qu’il allait se venger plus tard et qu’au terme de cette vengeance, il n’aurait plus du tout envie de rire. S’il aurait dut s’inquiéter, Drew s’en foutait sur le moment car il attendait toujours avec impatiente la suite des paroles d’Edward. Il le pressa de lui en dire plus.


-Qu’est ce qui vous tracasse Monsieur Werber ? Dites le moi, je suis sur que vous sentirez mieux en suite, n’est ce pas ?

En cet instant, Drew ressemblait quelque peu à un chien mendiant une caresse. James renifla de dégoût devant un tel comportement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Werber
.:Blut, Unsterblichkeit, Blutvergießen:.
avatar

Nombre de messages : 199
Age : 27
Race : Lycan
Age : 480 ans
Métier : Avocat
Armes : Un révolver charger de balles d'argents et un couteau.
Date d'inscription : 24/01/2008

Relations
Relations:

MessageSujet: Re: Quand la faim vous parle [Drew =D]   Mer 19 Mar - 1:10

Edward remarqua bien entendue cette mine dont s’arbora son compagnon. À chaque fois il ne pouvait s’empêcher de céder face à cet air avenant et invitant à la confession. Si c’était de la manipulation, Edward ne l’avait pas vraiment remarqué puisqu’il était bien trop préoccupé par sa situation. De toute façon, c’était dans les plans d’Edward de le lui dire alors il se fichait éperdument que Drew lui fasse les beaux yeux pour obtenir ce qu’il voulait puisqu’il avait déjà entamé les démarches pour tout lui débiter. D’ailleurs, lui-même usait de manipulation envers de nombreuses personnes seulement il n’aimait pas beaucoup que Drew se le permette envers lui. Peu importe, ce petit fait n’était aucunement important comparer à la présence d’Iska et d’Helena à Chicago qui s’en trouvait bien plus grave que toute chose pour l’instant. Le vampire afficha soudainement une mine agacé. Non pas qu’il ne voulait pas le dire à Drew, c’est seulement qu’il détestait mentionner le nom d’Helena et aussi celui d’Iska parce que cela lui faisait rappeler cet indésirable malaise qui s’était installer entre eux lorsqu’ils s’étaient revus pour la première fois. Les lourds silences qu’il avait eux avec sa fille entre deux conversations s’étaient imposer durant toute cette soirée où il était avec elle et à chaque fois il n’avait pu réprimer cet indicible malaise, ce qui était pour lui un souvenir plutôt éprouvant. Lui qui d’habitude était si confiant et ce peu importe la situation dans laquelle il se trouvait. Ce soir là il n’avait pas été à la hauteur face à cette situation plutôt imprévue et cela l’énervait. Il s’en était trouver totalement désarmé et il ne s’était jamais sentit aussi petit et inconfortable. Certes, il était heureux de revoir Iska, car il l’avait aimé comme un père doit aimer sa fille. Toutefois, il n’y avait pas été préparé et souvent il pouvait appréhender les choses avant même qu’elle se produise, mais pas cette fois-ci. Il avait été pris de cours et cela non plus ne lui plaisait guère. Il y avait aussi Helena dans tout cela, une question qui l’obnubilait bien plus qu’Iska puisqu’il savait qu’avec sa fille, ce malaise dans laquelle il s’était cantonné cette soirée là se dissipera tôt ou tard. De plus, il ne la détestait pas contrairement à Helena. Avait-il réellement envi de lui reparlé? Absolument pas, mais il n’avait pas le choix. C’était inévitable. Iska lui avait dit qu’elles étaient venues ici pour avoir des réponses à nombreuses questions dont le fait qu’Iska avait du sang de vampire. Helena n’avait jamais sut qu’Edward était un vampire et il ne lui avait pas dit parce qu’il avait eu trop peur de la perdre lorsqu’ils vivaient encore ensemble. Maintenant, Helena devait vraisemblablement se douter de quelque chose…à moins qu’elle ne soit totalement idiote, mais ça Edward en doutait beaucoup. De toute façon, qu’elle le sache ou non Edward s’en foutait beaucoup.

Le vampire regarda Drew, quelque peu hésitant à se lancer. Edward fut découragé par son propre comportement vraiment stupide. Ce n’était pas comme s’il lui annonçait la fin du monde, il lui faisait simplement part d’un fait de sa vie qui était aussi futile et normal que beaucoup de chose. Drew s’était empressé de lui faire savoir qu’il pouvait le lui dire, que cela le réconforterait un peu. Le vampire eu presque envie de rire aux éclats. Le pauvre, il ne comprenait pas qu’il n’y avait rien pour alléger le poids que causait ce questionnement. Edward n’avait pas d’issu et il ne pouvait pas reculer et dire à Iska et Helena de foutre tout bonnement le camp pour le laisser en paix. Surtout pas à Iska, il l’avait trop longtemps cherché pour gâcher ses retrouvailles avec elle. Pourtant, se serait une solution si simple que de couper contacte avec eux, mais ce n’était pas la meilleur. Edward avait toujours fait face à ce qu’il vivait que se soit en bien ou mal et ce n’est aujourd’hui qu’il allait éviter lâchement quelque chose. Aussi, il devait parler entre quatre yeux à Helena, lui dire qu’elle n’avait eu aucun respect envers lui. Par contre, il était bien trop orgueilleux pour lui avouer qu’il avait eu terriblement mal lors de son départ. Edward soupira et se coucha sur le banc tout en posant sa tête sur la cuisse de son ami qui lui aussi était assit. Le vampire se demandait ce qu’il allait faire. Il ne fallait surtout pas qu’il se montre déstabilisé si Helena venait à lui faire une visite impromptue. De toute manière, il s’y était préparé depuis deux jours. Il s’était sans cesse dit ce qu’il allait lui dire et sans cesse répéter combien il l’a détestait pour ne pas fondre lorsqu’il la reverrait. Pour lui, se serait une énorme faute et surtout un énorme coup pour son orgueil démesuré s’il venait à être ainsi devant elle. Bientôt, Edward en eu assez de se poser sans cesse ces questions qui n’était aucunement nécessaire pour le moment.


-Je doute que non mon ami …Voyez-vous c’est que ce n’est pas un problème en tant que tel…c’est simplement une situation fort incommodante…Il y a deux jours, j’ai eu une visite…une visite qui m’a quelque peu déstabilisé. Il se releva pour se rassir à nouveau et planta son regard pâle dans celui de Drew. En 1943, j’étais marié à une jeune femme du nom d’Helena Weiss. De ce mariage est née Iska Werber, ma fille…c’est elle qui est venu me voir.

Edward détourna son regard de celui de son majordome et il se cala d’avantage contre le dossier du banc. Il arbora alors une mine renfrogné en repensant à ce bête message qu’Helena lui avait laissé après son départ. Elle aurait put au moins lui dire en face qu’elle le quittait, ça aurait été moins lâche de sa part. En plus, elle l’avait laissé pour un vulgaire lycan. Edward en renifla de dégoût et son visage se déforma en une certaine colère. Qu’est-ce que cette affreuse chose poilue avait de plus que lui? Ah mais bien sûr, ce foutu lycan était un médecin tandis que lui Edward n’était qu’un simple libraire à cette époque. L’argent attirait les gens et Helena n’en faisait pas exception. Cela l’écœurait à un point tel qu’il décida de chasser cette répugnante pensée de sa tête. En plus, à cause d’un accident idiot, Helena était devenue lycan à son tour. Une autre bonne raison pour Edward de la détester. C’est ce qu’il disait, mais dans le fond il l’aimait encore un peu. C’était Iska qui lui avait fait mention de cette transformation et Edward se souvint encore de cette sensation étrange de vertige qui l’avait habité un peu après cette nouvelle. De toute manière ce n’était pas le moment, il fallait qu’il termine ce qu’il avait à dire. Sans le vouloir, sa voix se fit dur et froide, sûrement dû au fait qu’il repensait encore à cet énorme coup qu’il avait subit lorsqu’il avait sut qu’Helena était parti dans les bras d’un lycan.

-Elle est en ville, mais avec sa mère. Il replongea son regard dans celui de Drew, mais cette fois-ci, il avait une lueur de dureté dans celui-ci. Ce qu’il y a c’est que je n’ai nullement envi de revoir Helena…Elle m’a humilié en partant avec un lycan et m’a blessé en m’enlevant Iska. La petite n’avait que 5 ans, elle avait encore besoin de son père et moi j’avais encore besoin de ma fille…Mais je n’ai pas le choix il faut que je parle à Helena….De toute façon, elle a besoin de réponse par rapport au fait qu’Iska est à demie vampire. Il soupira de nouveau et se passa une main dans les cheveux. Je suis dans une terrible impasse Drew.

Edward n’avait pas tout dit et il doutait qu’il est été totalement cohérent dans ces propos, mais cette histoire possédait tant d’éléments que lui-même perdait le fil. Il fixa le sol granuleux du parc tout en se disant qu’elles n’avaient pas le droit de venir le bousculer ainsi en réapparaissant de la sorte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drew Cooper

avatar

Nombre de messages : 61
Age : 26
Age : 27
Métier : Majordome
Armes : Un couteau de boucher.
Date d'inscription : 14/03/2008

Relations
Relations:

MessageSujet: Re: Quand la faim vous parle [Drew =D]   Jeu 20 Mar - 1:02

Lorsqu’Edward déposa sa tête sur la cuisse de Drew, celui-ci sut que quelque chose n’allait pas, mais alors pas du tout. Ce ne devait pas être quelque chose de banal, pour justifier que le vampire se mette dans de tels états. Bien sur son majordome avait l’habitude des humeurs maussades d’Edward, cependant cette fois il avait carrément l’air sur le point de craquer. Puis il changea de position, avec ce qui semblait être de la colère. Avec un léger égocentrisme enfantin, Drew se demanda s’il n’était pas en colère contre lui pour une raison ou pour une autre et se mit à réfléchir sérieusement à ce qu’il avait bien put faire qui avait déplut à son maître. Avait il oublié de nettoyer après la destruction d’un cadavre ? Ou bien peut être James, dans un de ces cours instants ou il prenait le dessus, avait il proféré un affront irréparable. Drew n’arrivait pas à s’en souvenirs et consulta James pour que celui-ci l’aide à compléter sa mémoire. À son grand soulagement mais aussi à sa grande confusion, James lui assura que non, il n’avait rien exprimé qui aurait put d’une manière quelconque mettre le suceur de sang dans un tel état.

-Après tout, susurra-t-il silencieusement à Drew, je tiens à ma peau et je compte bien devenir un vampire un jour, moi aussi.

Interrompant cette conversation mentale, au grand bonheur de Drew, Edward se mit à parler. Et sans même connaître cette Helena Weiss dont son maître lui parlait, Drew la détesta d’une haine brûlante. Cette catin avait osé trahir Monsieur Werber, ce qui apparaissait aux yeux du majordome comme un crime passible de mort. Tout ça pour un sale cabot ! Quitter Monsieur Werber pour un animal ! Voila un comportement sans queue ni tête. Et de plus cette … pute, quoi, Drew n’avait pas honte de le dire, ce mot, avait emmené avec elle la fille de Monsieur Werber. Elle l’avait donc volé en plus de trahit ! L’humain bouillonnait maintenant de colère. Et cette affirmation franchit ses lèvres sans la moindre hésitation.

-Je la tuerai, cette Helena, Monsieur Werber, vous n’avez qu’à prononcer un mot et je la mettrai à mort sans attendre. Parce que je suis un chasseur né, vous le savez bien.

Une lueur de folie plus prononcée qu’a l’habitude flottait dans le regard de Drew, et cette lueur était probablement due à la jubilation de James qui voyait en cette occasion un moyen d’assouvir sa soif de sang et de tripes. Quand à la fille du vampire, le sombre alter ego de Drew n’en avait rien à foutre, à moins bien sur qu’elle ne soit jolie, ce qui était sûrement le cas, avec un patrimoine génétique pareil. Prenant un instant le dessus, James adressa à Edward un sourire carnassier. Il espérait vivement que celui-ci le lance contre cette femme, le divertissement de ce soir ne lui en ayant pas suffit. Les victimes vivantes pouvaient être chassées, contrairement aux cadavres qu’on lui laissait en pâture pour qu’il s’en débarrasse. Ce meurtre contenterais beaucoup de gens, vraiment, Drew et Edward pour la vengeance et lui pour le plaisir. Il ne voyait pas comment le vampire pouvait refuser une proposition pareille, surtout accompagné des yeux doux qu’il fit en sa direction. Ceux-ci n’étaient peut être pas aussi réussit que le regard de biche de Drew, mais c’était à peu près la même chose, ne partageaient-ils pas un corps après tout ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Werber
.:Blut, Unsterblichkeit, Blutvergießen:.
avatar

Nombre de messages : 199
Age : 27
Race : Lycan
Age : 480 ans
Métier : Avocat
Armes : Un révolver charger de balles d'argents et un couteau.
Date d'inscription : 24/01/2008

Relations
Relations:

MessageSujet: Re: Quand la faim vous parle [Drew =D]   Sam 22 Mar - 1:24

Edward avait longuement désiré tuer Helena, mais en même temps il ne le voulait pas puisqu’il n’y voyait pas d’intérêt. En fait si, il y en avait, mais le vampire ne tuait pas pour rien et surtout pas lorsque c’étais simplement pour éliminer un problème. Edward avait horreur de la lâcheté et cette réaction était exactement cela. De plus, Iska devait sans doute aimée sa mère et elle ne le lui pardonnerait certainement pas s’il osait commettre ce genre de chose. Ce n’était pas le moment qu’il gâche ses retrouvailles avec sa fille. Il n’osait même pas imaginer comment Iska serait dévasté si elle venait à apprendre que sa mère avait été tuée par son propre père. Depuis ces deux jours de pur enfer, Edward n’avait cessé de retourner cette question dans son esprit. Devrait-il occire Helena oui ou non? Vu tous ces faits, il avait décidé que ce n’était absolument pas une bonne solution. En fait, elle ne ferait qu’empirer les choses. De plus, le problème n’était pas Helena, mais bel et bien Gabriel, son mari Lycan. Edward réprima un frisson de révulsion lorsqu’il pensa à ce salaud qui lui avait pourris nombreuses années de son existence. C’était plutôt lui qui méritait de mourir. En plus, il était Lycan ce qui était une merveilleuse raison pour l’éliminer de ce monde. Un Lycan de moins était toujours une situation désirable. Drew allait sûrement être d’accord avec lui, lui aussi vouait une haine énorme pour ces bestioles. D’ailleurs, Drew se ferait un plaisir de s’acquitter de cette tâche…ou plutôt James. De toute façon, Edward s’en fichait puisque cela lui évitait de se salir les mains dans un meurtre non justifié. Lui il ne tuait que pour se nourrir, c’était sa règle. Par contre, il devait avouer qu’il en éprouvait un petit plaisir à chaque fois. Toutefois, quand penserait Iska si jamais Edward permettrait à Drew de tuer Gabriel? À cela, il n’avait pas la réponse. Peut-être qu’elle s’était attacher à cette chose aussi? Dans ce cas-ci, Gabriel devait vivre, simplement parce qu’il ne fallait pas qu’Iska souffre. Cette idée le répugnait au plus haut point, mais s’il devait en être ainsi, il devra s’habituer à cette affreuse et dégoûtante pensé qu’était que Gabriel respirait toujours. Il soupira et afficha un questionnement fort effusif sur son visage. Vraiment, il ne savait pas quoi faire.

Drew s’empressa alors de lui faire savoir qu’il désirait tuer Helena. Le vampire avait donc vu juste, son majordome voulait régler son problème de cette façon. Edward tourna vers celui-ci un regard plutôt dur. Une étrange lueur brillait dans les prunelles de son ami. Le vampire savait pertinemment que ce n’était plus Drew qui parlait, mais bel et bien James. Il avait déjà parlé à James de nombreuses fois et à chaque fois les traits du vampire devenaient d’un grand sérieux. Edward n’aimait pas beaucoup cette obsession de tuer qu’avait celui-ci, surtout qu’il avait tendance à faire en sorte que se soit une vraie boucherie, mais bon James lui était, bien souvent, d’une grande aide. Et puis, il faisait partit de Drew. Le vampire arqua un sourcil face à la proposition de son majordome. Le problème de James c’est qu’il était beaucoup trop impulsif. S’il aurait pensé avant d’émettre cette proposition, il se serait peut-être dit qu’il y avait aussi Iska qui entrait en compte et qu’il y avait cent pour cent des chances qu’elle haïsse son père s’il envisageait de poser ce geste. Edward se leva pour ainsi être dos à James. Il regarda de nouveau le ciel tout en pensant à ce qu’il pourrait dire pour ne pas froisser son majordome puisqu’il savait que celui-ci n’était pas aussi doux que Drew. Non pas qu’il avait peur, c’est simplement qu’il n’avait aucunement envi de supporter une crise s’il venait à faire un faux pas. Il croisa ses bras tout en disant d’un ton calme:


-Ce serait une idée. Seulement, il y aussi Iska. Croyez-vous qu’elle ne m’en voudrait pas si jamais je vous permettrais d’Éliminer sa mère? Il se tourna vers son majordome. Je doute fort bien que non James.

Il n’appelait jamais James Drew puisqu’il savait très bien que c’était deux personnes étaient très différentes, même s’ils habitaient le même corps. James sera certainement déçu par sa réponse, mais Edward n’en avait que faire. Pour l’instant, c’était le moindre de ses soucis. Toutefois, il devait avouer qu’il y a longtemps que James n’avait pas assouvit son puissant désir de tuer et tel une drogue, il fallait absolument que celui-ci ait sa dose. Dans ce cas, il y avait Gabriel. Le problème, c’est qu’il n’était pas à Chicago, mais à New-York. Restait plus qu’à souhaiter qu’il daigne se rendre à Chicago. Avant, il fallait qu’Edward s’assure qu’Iska ne se soit pas attaché à Gabriel, mais il était sûr de son coup puisqu’il avait crut entendre une légère intonation de haine dans la voix de sa fille lorsqu’elle parlait de celui-ci. Aussi, il n’était pas obliger de le dire à sa fille et à Helena que s’était lui qui avait décidé de faire ça. Enfin, il avait trouvé la solution. Un sourire cruel se ficha sur les lèvres du vampire:

-Toutefois, il y a Gabriel, le mari d’Helena. Ce qui est dommage, par contre, c’est qu’il n’est pas à Chicago en ce moment. Son sourire s’accentua. Reste plus qu’à espérer qu’il vienne faire un tour dans notre charmante ville.

Il baissa son regard sur le gazon du parc avec une lueur aussi cruel que son sourire parce qu’il pensait à quelque chose qui le rendait d’humeur beaucoup moins maussade. S’il tuait Gabriel, Helena allait souffrir. Ainsi, il sera venger et elle pourra enfin savoir comment Edward avait vécu un cauchemar durant nombreux mois. Cette éventualité lui plaisait énormément. Certes, c’était une manière drastique, mais Edward n’en avait rien à faire tout ce qui comptait pour lui c’était de voire le cadavre de Gabriel pourrir dès maintenant dans un cercueil. Il se sentit mieux tout à coup. En plus, James allait être satisfait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drew Cooper

avatar

Nombre de messages : 61
Age : 26
Age : 27
Métier : Majordome
Armes : Un couteau de boucher.
Date d'inscription : 14/03/2008

Relations
Relations:

MessageSujet: Re: Quand la faim vous parle [Drew =D]   Mar 25 Mar - 5:45

James se renfrogna devant le refus d’Edward de lui laisser commettre le meurtre de cette femme qu’il haïssait pourtant. C’était incompréhensible, cette manie qu’avaient la plupart des gens de ne pas vouloir causer de douleur aux autres. Lui n’en avait rien à battre, que cette Iska souffre, et c’aurait dût en être de même pour Edward. Et puis il n’était nullement en obligation de dire à sa fille qu’il était en partie responsable du meurtre de sa mère. James alla lui proposer cette solution mais Edward se remit à parler avec l’air de celui qui vient d’avoir une idée de génie. Il proposa de plutôt se débarrasser du mari d’Helena. James fut assez enchanté de l’idée, car il espérait que ce Gabriel se montrerait combatif. James aimait les victimes sans défense, bien sur, mais à force de s’en prendre à des cadavres, il s’était mis à prier pour un peu plus de résistance de la part des malheureux qui avaient la malchance de lui être jetés en pâture.

Le double maléfique se perdit dans la contemplation de sa propre malfaisance et l’un peu moins maléfique Drew en profita pour reprendre le dessus avant que celui-ci ne dise quelque chose de vraiment insultant ou déplacé au vampire. Bien sur Drew savait qu’Edward était capable de les différencier, seulement il est difficile de se contrôler quand un homme fait des commentaires salaces sur votre propre fille, car c’était ce que James s’apprêtait à faire. Ce n’était pas tant la baffe que son corps aurait alors reçu qui incommodait Drew, mais plutôt l’idée qu’ensuite Edward ne pourrait plus le regarder sans ressentir à son égard une rage dévorante. Drew frissonna mais reprit rapidement contenance pour exprimer son accord avec l’idée franchement brillante du maître. Cet homme disposait vraiment de capacités intellectuelles incroyables qui laissaient à chaque fois le majordome pantois. James, quant à lui fit part de son opinion au pauvre Drew : Il y aurait put y penser lui-même sans effort, seulement il s’agissait du idée passablement fade et sans grand intérêt. La vraie bonne idée aurait été de tuer Helena ET Gabriel. Drew lui hurla de se taire une bonne fois pour toute, et pas mentalement. Bordel. Edward allait le prendre pour un pauvre idiot. Il toussota et d’un air quelque peu embarrassé, dit :


-Je crois que c’est une idée charmante. Ce serait pour moi un honneur de faire en sorte de mettre fin à l’affront qu’est la simple existence de cet homme répugnant qui a osé vous voler ce qui vous était cher.

Il arborait lors de ce petit discours un air presque comiquement solennel et pompeux. Il avait élevé la voix et avait même mit sa main sur son cœur. Il regarda Edward droit dans les yeux avec un regard déterminé qui fit s’esclaffer James en son sein intérieur. Vraiment, ce Drew faisait parfois preuve d’une telle servilité, c’en était hilarant. Toutefois, James riait jaune devant ce qu’il ressentait comme un comportement avilissant et humiliant. Ils étaient des hommes, pas des idiots de chiens. James n’avait pas de préjugés contre les chiens en général, mais il ne pouvait s’empêcher de penser que ceux-ci manquaient d’indépendance et d’esprit critique. Si un maître ordonnait à son chien fidèle de sauter dans le vide, le chien s’accomplirait sûrement sans broncher, en remuant la queue même, et il en allait de même pour Drew si Edward lui avait seulement suggéré pareille idée. En résumé, même quand le suceur de sang disait de la merde, Drew avalait tout sans hésiter.

James fut particulière satisfait de cette image dégoûtante et laissa transparaître sur le visage du majordome un sourire de totale autosatisfaction qui disparu rapidement sous la grimace de colère et d’écoeurement de Drew. L’homme s’enfonça ses ongles dans les paumes de ses mains jusqu'à ce que le sang coule, histoire de faire taire cette voix insupportable qui ne lui laissait pas un instant de repos. Il y avait vraiment des jours où Drew, malgré toute la reconnaissance ressentie envers son double, avait envie de le défenestrer avec violence. Cela était bien entendu impossible, mais ça n’empêchait pas Drew de se passer et repasser la scène mentalement pour se détendre. James lui répliqua qu’il lui ferait bien pire que de le défenestrer si un jour il en ressentait le besoin. Le ‘’ doux ‘’ Drew frissonna à nouveau et essuya ses paumes maintenant tâchées de son propre sang ailleurs que là où il avait essuyé le sang de la femme. Attraper le sida ne l’enchantait pas….quoique cela aurait put forcer Edward à faire de lui un vampire… Drew s’interdit d’y penser et arbora un air coupable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Werber
.:Blut, Unsterblichkeit, Blutvergießen:.
avatar

Nombre de messages : 199
Age : 27
Race : Lycan
Age : 480 ans
Métier : Avocat
Armes : Un révolver charger de balles d'argents et un couteau.
Date d'inscription : 24/01/2008

Relations
Relations:

MessageSujet: Re: Quand la faim vous parle [Drew =D]   Ven 28 Mar - 4:03

Oui Edward adorait cette éventualité qu’était d’éliminer Gabriel de ce monde et puis pour ce qui était d’Helena, James ne pouvait pas comprendre. Iska devait tenir un tantinet à sa mère, c’était un fait tout à fait indiscutable et Edward ne voulait pas causer du tort à sa fille. Si James avait eu un enfant, il aurait compris qu’il est intolérable pour un parent de le voir souffrir. Étonnant n’est-ce pas qu’une personne telle qu’Edward est un minimum de sentiments? Et bien oui le vampire avait une certaine sensibilité. Si quelqu’un venait à tenir une place importante dans son cœur, il pouvait être affecté si jamais cette personne lui faisait du mal ou qu’elle avait elle-même mal. Edward savait pertinemment que James ne connaissait pas ce concept. Toutefois, le vampire devait avouer qu’il aimerait avoir cette distance de sentiment que James avait face à toute chose, cela lui serait bien souvent d’une grande aide, mais bon Edward était ainsi et il ne voyait pas pourquoi il essaierait de se changer. Tout le monde avait ses points faible et lui c’était cela. Le vampire n’y pensa plus et souri de nouveau, laissant ainsi paraître ses canines à la lueur de la lune. Il prit place encore une fois sur le banc et soupira d’aise. Son humeur maussade s’était envolée emportant aussi avec elle ses sombres pensées. Edward était sûr de lui, Iska ne pouvait éprouver un minimum d’affection pour cette ingrate bête qu’était Gabriel. Après tout, elle n’était pas lier de sang avec lui, c’était Edward son père et le vampire ne pouvait penser une seule seconde qu’elle pouvait l’aimer plus que lui. Cette idée lui était intolérable. Il y avait déjà Helena qui lui avait tourné le dos et s’il fallait qu’Iska face la même chose, Edward n’osait même pas imaginer comment il en serait affecté. Bon sang! Il s’était promis de ne plus y penser. Il tourna un regard serein vers son ami, oubliant alors réellement toute pensé par rapport à Helena et Iska. D’ailleurs, la lueur dans le regard de Drew avait disparut faisant ainsi signe à Edward que ce n’était plus James qui parlait. Parfait, Edward n’appréciait pas beaucoup cette légère insolence qu’il pouvait apercevoir dans les prunelles de celui-ci. Le vampire n’aimait pas non plus son fort caractère…peut-être parce qu’il ressemblait au siens. De toute façon, Edward s’était habitué à ces deux personnages très divertissant qu’étaient Drew et James et maintenant, il ne pouvait plus vraiment se passer de la présence de son majordome.

Edward regarda longuement son majordome. Le vampire eut alors une légère pointe de tendresse dans son regard lorsque Drew lui fit savoir qu’il tuera Gabriel avec plaisir. Contrairement à James, Edward adorait cette servilité chez Drew. C’était toujours agréable pour sois d’avoir quelqu’un qui était prêt à tout pour vous, mais Edward ne le considérait tout de même pas simplement comme son majordome, il était bien entendu, un ami. Le vampire se sentait soulagé et heureux de savoir qu’il pouvait compter sur son majordome. Bien sûr, Edward aurait pu le faire seul, mais il n’avait aucunement envi de revoir l’hideux visage de ce loupiot alors il préférait que ce soit quelqu’un d’autre qui s’en charge. En repensant à cette infâme créature, Edward malmena avec son pied un pissenlit qui se trouvait près de lui. Penser à Gabriel le rendait d’humeur massacrante. En plus, il s’était promis de ne plus y penser. Edward abandonna donc sa mine renfrogné pour devenir à nouveau normal, c’est-à-dire d’un grand sérieux. Soudain, l’odeur enchanteresse du sang lui parvint aux narines et le vampire fronça les sourcils. Il remarqua alors le sang qui coulait sur le bras de son ami et Edward détourna aussitôt la tête. Non, il devait se contenir. Le problème c’est que son corps en demandait toujours plus, comme pour une drogue chez un humain. Ses pupilles se dilatèrent et ses iris devinrent beaucoup plus pâles, signe que son envie de sang devenait de plus en plus grande. Il jura intérieurement parce qu’il devait absolument oublier l’odeur du sang qui flottait pernicieusement dans l’air. Il serra les poings et en restant dos à Drew, il lui siffla:


-Drew, couvrez ce sang immédiatement.

Sa voix avait été dure et avait sonné exactement comme un ordre. Edward espérait qu’il ne l’est pas fait exprès. Il savait bien que non, ce n’était pas du genre à Drew de provoquer ce genre de chose, mais bon on ne sait jamais. Après tout, Drew était quelqu’un d’imprévisible. Edward s’était toujours juré de ne pas le transformer, mais à chaque fois qu’une situation de ce genre se produisait, le vampire avait toujours de plus en plus de mal à ne pas céder à la tentation…le sang de Drew avait une odeur si alléchante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drew Cooper

avatar

Nombre de messages : 61
Age : 26
Age : 27
Métier : Majordome
Armes : Un couteau de boucher.
Date d'inscription : 14/03/2008

Relations
Relations:

MessageSujet: Re: Quand la faim vous parle [Drew =D]   Lun 7 Avr - 5:14

La voix d’Edward lui ordonnant de couvrir ses plaies claqua comme un fouet et Drew sursauta. Le vampire se trouvait dos à lui et le majordome ne voyait pas son expression, qui devait être aussi sèche que sa voix, mais il fut tenté de désobéir malgré tout. L’obéissance ultime, il aimait bien, mais ça ne voulait pas dire qu’il ne possédait pas libre-arbitre. Et justement, il avait bien envie de s’écouter lui-même pour une fois. Drew n’était pas un saint, et il désirait ardemment l’immortalité, bon sang ! Il adorait ainsi tenter Edward, et même si cette blessure ne faisait partie d’aucun plan savamment orchestré au départ, elle pouvait être utilisée à son avantage, une pièce de plus dans l’engrenage tournant perpétuellement des complots divers, qui pour la plupart, il fallait tout de même l’avouer, étaient du fait de James.

Lentement mais avec la détermination qui le caractérisait, l’humain s’approcha du vampire sans aucune considération pour le danger. Drew savait que parfaitement que pour obtenir ce que l’on convoite, il faut parfois prendre des risques qui pour l’observateur extérieur peuvent paraître démesurés. Un sourire calculateur apparut sur ses lèvres lorsqu’il posa sa main sur l’épaule d’Edward, un doigt à la fois avec douceur mais fermeté.


-Vous en mourrez d’envie, nous le savons tous les deux, n’est ce pas, monsieur Werber ? Pourquoi résister, pourquoi se faire du mal quand l’on peut plutôt se faire du bien ? À force de réprimer leurs besoins fondamentaux, les gens finissent par devenir fou de malheur. Vraiment, ce n’est pas quelque chose que je vous souhaite, monsieur alors je vous conseille fortement de ne plus résister, de cesser de nier la tentation.

Sa voix avait la douceur du velours et la fermeté du fer. Il s’appliqua à être convaincant, à ce que ce qu’il dise sembla la vérité unique et absolue. Edward n’était pas aussi influençable que lui, d’accord, mais il ne pourrait pas résister longtemps à l’argument numéro un de Drew. Le sang, bien sur. Ce sang qui coulait sur les paumes du majordome, ce sang dont le vampire rêvait en ce moment de se délecter. Si Drew avait longtemps considéré ses charmes comme son atout majeur, il commençait à penser que cette place revenait probablement à son hémoglobine. Edward en avait besoin et lui aurait adoré lui céder en échange de l’immortalité.

La mort l’effrayait quelque peu. Qu’y avait il après elle ? Il ne voulait pas croire à l’enfer ni au paradis, car il savait que malgré ses souffrances de jeunesse, on n’excuserait pas son mode de vie présent, qui de toute façon lui plaisait. L’idée du repos éternel le rendait fou… une éternité à ne pas exister ? Plutôt l’enfer que la disparition ! Et puis il y avait la résurrection… devoir tout recommencer du point de départ ? Insupportable. Drew n’avait aucune envie de refaire tout le chemin une fois de plus. Le vampirisme lui semblait la seule option plaisante, la seule qui ne l’empêchait pas de dormir la nuit. C’était pour cela qu’il devait rallier Edward à sa cause, avant qu’il ne soit trop tard, qu’il soit vieux, ou pire, mort. Il ne pouvait imaginer que son maître laisserait une chose pareille lui arriver, mais à chaque fois que le vampire lui refusait son don, Drew sentait l’angoisse lui étreindre le cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Werber
.:Blut, Unsterblichkeit, Blutvergießen:.
avatar

Nombre de messages : 199
Age : 27
Race : Lycan
Age : 480 ans
Métier : Avocat
Armes : Un révolver charger de balles d'argents et un couteau.
Date d'inscription : 24/01/2008

Relations
Relations:

MessageSujet: Re: Quand la faim vous parle [Drew =D]   Mar 29 Avr - 0:15

Edward espérait de tout cœur que la dureté de sa voix est porté fruit. Quelque fois, son majordome était têtu et le vampire devait se montrer encore plus ferme lorsque c’était le cas. Regardant désespérément la sortie d’un sentier, Edward espérait qu’une victime daigne se pointé pour qu’il puisse se nourrir de celle-ci et non de la personne qui comptait le plus pour lui. Quel genre de personne serait-il pour souhaité que Drew souffre autant. Le passage d’humain à vampire n’était jamais quelque chose d’agréable, même que c’était souffrant d’après des ouï-dire qu’il avait déjà entendu et Edward voulait lui épargner ce genre de chose, mais en même temps, c’était le choix de Drew. Un voile de colère s’installa alors dans les orbes pâles d’Edward lors que son majordome lui susurra qu’il avait envi qu’il devienne un vampire. Comment osait-il prétendre savoir ce qu’il voulait? Il ne le connaissait pas parfaitement et il savait pertinemment qu’Edward n’en avait nullement envi. Lorsque cet impertinent personnage osa poser sa main sur son épaule, Edward la repoussa en se levant brusquement tout en plantant son regard glacial et emplit d’une dureté et d’un mépris qu’il ne réservait que pour ses victimes dans le siens. Edward était entrain de se faire manipuler par son majordome et il n’appréciait aucunement cela. En plus, il ne disait que des faussetés à son sujet. Pourtant, il avait en partie raison, mais Edward était bien trop orgueilleux pour admettre qu’il avait tort. Quel vampire ne rêverait pas d’avoir un fidèle compagnon et ce, pour l’éternité à ses côtés? Edward le détestait en ce moment parce qu’il venait quand même d’émettre une vérité que le vampire tentait d’étouffer depuis longtemps. D’ailleurs, pourquoi tenait-il tant à être vampire, ce n’était pourtant pas si excitant. Malgré sa grande fierté d’être ce qu’il était, Edward aimerait bien avoir les avantages qu’avaient les humains. Si Drew devenait un vampire, il comprendrait ce qu'il voulait dire, mais pour l’instant, cette gamine se contentait d’exiger de lui qu’il assouvisse son désir. Le vampire était dégoûté par cela parce que Drew ne comprenait pas qu’il n’était pas d’accord. Curieusement, Edward ne comprenait pas lui-même pourquoi il refusait toujours catégoriquement de faire de Drew un de ses acolytes. Peut-être par désir de le protéger de la douleur? À cela, il n’avait pas la réponse et si Drew tenait tant à devenir comme lui, il n’avait qu’à demander à un autre vampire, car ce n’est pas lui qui allait s’en charger.

Soudain, Edward se posa une question qui lui fit un pincement au cœur. Drew était-il aussi proche simplement parce qu’il était un vampire? Si c’était le cas, Edward apprécierait encore moins. La colère dans son regard s’accentua et il regarda les plaies de son majordome avec dégoût, tentant de ne pas se pencher pour boire tout ce sang qui se montrait terriblement alléchant. En ce moment, il le détestait et si ce n’était pas de lui, il l’aurait volontiers frappé pour l’avoir mis dans le doute et dans la remise en question par rapport à leur relation. Aussi, il était en colère parce que d’habitude, il se fichait éperdument de ce que pouvait penser ou ressentir les autres à son égard, mais avec Drew, il ne pouvait pas imaginer comment cela l’atteindrais si cette question était en fait la vérité. En ce moment, il se sentait utiliser et ses traits montraient clairement qu’il ne portait pas son majordome dans son cœur en ce moment. Il eut un léger tressaillement sur le coin de la lèvre, signe qu’il n’était pas d’humeur avenante. Son ton le montra clairement d’ailleurs, Aussi tranchant que des lames, il lui dit ceci:


-Allez vous faire voire Drew et si vous tenez tant à devenir un vampire, allez le demander à quelqu’un d’autre.

Sur ce, il tourna les talons et se dirigea d’un pas rageur vers un sentier. Ce n’était pas le moment que son majordome vienne lui parler, mais le connaissant, celui-ci s’y risquera tout de même. De toute façon, Edward ne pouvait pas rester longtemps en colère contre Drew…enfin d’habitude. Il donna un coup pied dans une roche tout en maudissant Drew et sa stupide envie de devenir un vampire. Il ne comprenait pas ce qu’avaient les humains à désirer tant l’immortalité. Oui elle avait ses bons côtés, mais Edward voyait d’avantage les mauvais côtés. Chaque jour, il devait supporter la stupidité de plus en plus frappante des humains et cela l’héritait au plus haut point. Quel genre de masochiste voudrait rester pour l’éternité dans ce monde d’idiots. Apparemment, Drew. Non, il n’allait pas se charger de le vampiriser, il n’était pas le seul de cette race sur cette foutu planète de cons. Edward était maintenant d’une humeur massacrante, tellement que la moindre chose pouvait instantanément le mettre dans une colère noire. Le vampire arborait maintenant une mine renfrogné, signe qu’il ne fallait pas lui adresser la parole si on voulait rester vivant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand la faim vous parle [Drew =D]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand la faim vous parle [Drew =D]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand l'ennui vous pèse, la plume vous apaise...
» Quand la faim vous pousse... [ Terminé ]
» Quand la Faim nous retourne l'estomac
» Mike vous parle des dernière semaine et du prochain PPV
» Je ne vous abandonne pas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A New War Begins :: Chicago :: Parc Grant-
Sauter vers: